Toute l'actualité sur l'Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé  - GRAS -
La Presse
GRAS
Université d'Oran, Cité du Chercheur, Route de l’Aéroport
BP.: 1801/08-31000, Oran
' Tel / Fax : 041 51 92 16  /  040 21 24 41  /  0771 58 94 38
Email: gras_lab@yahoo.fr
Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé

Université d’Oran
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Le malade et sa famille sont détenteurs d'un savoir face à la souffrance

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
«Le champ médical algérien fait fi de l’importance du médecin généraliste»
Écrit par Ziad Salah

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Etre une femme seule, isolée et sans soutien, c'est déjà porter le stigmate de «prostituée»
Écrit par Salim Mesbah

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Les médecins du travail, déplorent la méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
Écrit par F. Z. Foudil

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Sans le savoir profane de la famille, l’activité des médecins serait plus compliquée
Écrit par F. Z. Foudil
À lire aussi
Un défi scientifique depuis 17 ans
Portes ouvertes sur le centre de recherche GRAS
Le GRAS fête ses 17 ans

Par Ziad Salah


El Watan
Jeudi 10 Novembre 2016
Par Djamel Benachour
ARTICLES  DE  PRESSE
Fatima Zohra Cherrak. Anthropologue
« La roqia s’exhibe sur YouTube »

Phénomène de la roqia en Algérie, en France et en Egypte
- Vous avez soutenu une thèse sur la roqia. Où avez-vous eu l’occasion d’observer le phénomène ?

J’ai observé ce phénomène de la roqia en Algérie, en France et en Egypte. J’ai commencé à assister aux rituels en France, c’était en 1996. En 1998, j’ai observé des rituels en Algérie et après cela j’ai conduit mes recherches en Egypte, successivement en 1999 et en 2001. En France, ce sont surtout des familles d’origine  algérienne, car il y a une forte communauté.

La récitation du Coran s’effectue en arabe, mais la communication s’effectue en français. Les  patients ne comprennent pas l’arabe, donc forcément la conversation avec le raqi s’effectue en français. En Algérie, la récitation est en arabe, mais la conversation en dialecte algérien. La même chose en Egypte. Cependant ici  le mot roqia n’est pas utilisé, on lui préfère l’expression plus explicite : «guérison par le Coran». C’est la même pratique, mais avec des variantes.

- En quoi consiste votre travail ?

Mon travail consiste déjà à décrire le rituel, à savoir ce qui se passe-t-il à l’intérieur. J’ai envie de savoir pourquoi les gens croient à cela. Comment ils interprètent leur mal ou leur souffrance. J’essaye aussi  de connaître leur itinéraire thérapeutique, c'est-à-dire par quel chemin  ils sont passés avant de venir chez le raqi. Ont-ils consulté un médecin ou un taleb, etc. ?

Il y en a effectivement  qui mélangent tout, mais d’autres font carrément la rupture avec la médecine conventionnelle. Il arrive, par exemple, que le raqi interdise au patient d’aller voir un psychologue ou un psychiatre, etc. en lui disant : «Ce n’est pas la peine d’aller voir un médecin car ton cas est clair : il s’agit d’une possession.» Bref, il y a un peu de tout.

- Le phénomène est ancien, mais comment a-t-il évolué ?

Le phénomène remonte à plus loin, mais moi je l’ai découvert dans les années 1990, car, au départ, je voulais travailler sur le phénomène des croyances en général. Je l’ai découvert à travers la littérature. Ce sont des livres contemporains en vente libre et qui parlent de djinns, de «roqia», de soins par Le Coran, de «hidjama», etc.  Ces livres proviennent du Moyen-Orient, notamment d’Egypte. Il y a toute une panoplie de publications qui font aussi de la publicité pour les «raqi» parce que certains éditeurs ne se gênent pas pour insérer les coordonnées (tel, adresse, etc.).

Certains établissent des contacts indirectement, en demandant aux lecteurs de  contacter  la maison d’édition. C’est un véritable commerce et les gens achètent ce type de publications. Aujourd’hui,  le phénomène s’est même mondialisé, car il s’exhibe sur YouTube et les réseaux sociaux. Les «raqis» expliquent sur la Toile comment ils procèdent pour établir le diagnostic et effectuent des démonstrations. C’est hypermédiatisé  et certaines chaînes privées de télévision en font la promotion.

Dans la presse écrite  on communique également les adresses. Ce sont en général des journaux spécialisés dans les annonces matrimoniales, l’astrologie, etc. Cela continue, car les gens y croient. J’ai même  rencontré  un psychologue et  un médecin généraliste qui recourent à cette pratique,  car ils y croient tout en continuant à pratiquer dans leurs domaines respectifs.

- Quel est votre avis sur ce genre de pratiques non conventionnelles ?

En tant que chercheure, je ne me réserve pas le droit de juger pour dire que c’est du charlatanisme, mais j’imagine que parfois au sein de la société il y a des conflits. Par exemple j’ai eu vent d’une plainte, mais  pour des considérations hygiéniques, une infection pour non-stérilisation du matériel de la «hidjama». Il y eut un cas où ce sont les voisins qui ont porté plainte, car le raqi installé dans un quartier dérangeait la quiétude des voisins. Mais en général cette pratique prospère.

INTERVIEW
En marge du Colloque International "le Gras: 25 ans après, les patients à l’épreuve des soins"
GRAS : réflexion sur le système de soins

Par Tegguer Kaddour
Merouane Boukrissa
Les "Empreintes du GRAS"
L'éclairage pertinent des sciences sociales
_________________
Mohamed Mebtoul

Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
_________________
Mohamed Mebtoul
La mise en scène des «savoirs»
_________________
Merouane Boukrissa

Jeûne et santé

Entre croyances, traditions et fondements scientifiques
ACTUALITES DU GRAS                                     Ce que la presse en dit
Par Rubrique:

Actualités du GRAS  |  Dossier de Presse  | Articles de Presse  |  Interview
المنظمة العالمية للصحة - تحقيق حول العلاجات الصحية الأولية بوهران وتيسمسيلت
مائدة مستديرة حول المشروع التمهيدي لقانون الصحة في الجزائر
Le constat amer de
l'ex-ministre Abdelhamid Aberkane
Système de soins en débat

Par Salah C.
صحة: من أجل تحسين العلاقات بين الطبيب والمريض
أنثروبولوجيا صحة
Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
Le fondateur de l’anthropologie de la santé en Algérie passe le flambeau
De la liberté de penser au totalitarisme
La confiance ne se décrète pas
Le savoir profane de la famille
Méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
La santé orpheline d'une politique publique
Le champ médical algérien
Page ''INTERVIEW''

Entretiens avec des chercheurs du GRAS et conférenciers
GRAS : Conférence nationale sur le FLN
Le rôle des médecins algériens et européens de 1954 à 1962
OMS / GRAS