Toute l'actualité sur l'Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé  - GRAS -
La Presse
GRAS
Université d'Oran, Cité du Chercheur, Route de l’Aéroport
BP.: 1801/08-31000, Oran
' Tel / Fax : 041 51 92 16  /  040 21 24 41  /  0771 58 94 38
Email: gras_lab@yahoo.fr
Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé

Université d’Oran
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Le malade et sa famille sont détenteurs d'un savoir face à la souffrance

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
«Le champ médical algérien fait fi de l’importance du médecin généraliste»
Écrit par Ziad Salah

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Etre une femme seule, isolée et sans soutien, c'est déjà porter le stigmate de «prostituée»
Écrit par Salim Mesbah

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Les médecins du travail, déplorent la méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
Écrit par F. Z. Foudil

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Sans le savoir profane de la famille, l’activité des médecins serait plus compliquée
Écrit par F. Z. Foudil
À lire aussi
Un défi scientifique depuis 17 ans
Portes ouvertes sur le centre de recherche GRAS
Le GRAS fête ses 17 ans

Par Ziad Salah


El Watan
Jeudi 10 Novembre 2016
Par Djamel Benachour
ARTICLES  DE  PRESSE
Salikou Koyatte. Anthropologue.
Lorsque la rationalité scientifique est occultée...
INTERVIEW
En marge du Colloque International "le Gras: 25 ans après, les patients à l’épreuve des soins"
- Vos recherches tiennent-elles compte de la médecine traditionnelle qui est très répandue partout  sur le continent africain ?

Dans le cadre de ce colloque, je m’intéresse plus précisément aux itinéraires thérapeutiques adoptés par les parents qui ont à charge un enfant en situation de handicap et c’est pour mettre en exergue la logique qui sous-tend leur comportement vis-à-vis des soins. D’après les résultats provisoires que j’ai pu obtenir, la prise en charge de l’enfant met en jeu une pluralité de recours thérapeutiques, qui oscillent entre les soins magico-religieux, c’est à dire ceux pratiqués par les guérisseurs, les marabouts, etc. d’un côté,  et les soins biomédicaux, c'est-à-dire la psychiatrie infantile, de l’autre.

Les stratégies des parents sont sous-tendues par des logiques multiples. J’ai pu en déterminer trois qui restent à mon sens essentielles et qui influencent le comportement adopté  par ces parents-là pour l’accès aux soins : Une logique de type pragmatique, une autre de type symbolique et, enfin et surtout, une logique de complémentarité parce que, aujourd’hui, ces parents, qui ont recours à ces différentes pratiques thérapeutiques ne mettent pas en avant la cohérence ou la rationalité scientifique mais essayent de mettre toutes les chances de leur côté en recherchant la guérison et le bien-être le plus tôt possible.

- Quelle est l’attitude des autorités et de la société en général face à la médecine traditionnelle ?

En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, le statut des médecines traditionnelles est ambigu. Certes, la médecine traditionnelle  est tolérée, mais elle n’a pas de reconnaissance légitime dans les textes. Néanmoins et  de plus en plus, les autorités politiques essayent quand même de proposer des solutions institutionnelles  en essayant par exemple de l’intégrer  dans les actions du ministère de la santé. Nous avons  une équipe et un programme qui se penchent sur ce phénomène, mais la préoccupation principale consiste à recenser tous les praticiens traditionnels pour les encadrer, pour les organiser et pour leur offrir un meilleure cadre de prise en charge.

- Votre avis en tant que scientifique ?

Moi en tant qu'anthropologue et  sociologue je ne suis pas tellement d’accord avec cette manière de faire, parce que cela peut dénaturer le contexte socioculturel qui entoure cette pratique. Quelque part  on tend à la moderniser, mais on oublie que la médecine traditionnelle ne concerne pas uniquement les soins avec les plantes ou autres, mais elle comporte aussi des rituels, parfois des sacrifices qu’on ne peut pas transposer dans le milieu médical conventionnel. Du coup, dans cette tentative de faire collaborer la pratique traditionnelle avec la médecine conventionnelle, je peux dire qu’ il y a encore beaucoup à faire avant d’arriver à des résultats probants.

GRAS : réflexion sur le système de soins

Par Tegguer Kaddour
Merouane Boukrissa
Les "Empreintes du GRAS"
L'éclairage pertinent des sciences sociales
_________________
Mohamed Mebtoul

Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
_________________
Mohamed Mebtoul
La mise en scène des «savoirs»
_________________
Merouane Boukrissa

Jeûne et santé

Entre croyances, traditions et fondements scientifiques
ACTUALITES DU GRAS                                     Ce que la presse en dit
Par Rubrique:

Actualités du GRAS  |  Dossier de Presse  | Articles de Presse  |  Interview
المنظمة العالمية للصحة - تحقيق حول العلاجات الصحية الأولية بوهران وتيسمسيلت
مائدة مستديرة حول المشروع التمهيدي لقانون الصحة في الجزائر
Le constat amer de
l'ex-ministre Abdelhamid Aberkane
Système de soins en débat

Par Salah C.
صحة: من أجل تحسين العلاقات بين الطبيب والمريض
أنثروبولوجيا صحة
Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
Le fondateur de l’anthropologie de la santé en Algérie passe le flambeau
De la liberté de penser au totalitarisme
La confiance ne se décrète pas
Le savoir profane de la famille
Méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
La santé orpheline d'une politique publique
Le champ médical algérien
Page ''INTERVIEW''

Entretiens avec des chercheurs du GRAS et conférenciers
GRAS : Conférence nationale sur le FLN
Le rôle des médecins algériens et européens de 1954 à 1962
OMS / GRAS