Toute l'actualité sur l'Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé  - GRAS -
La Presse
GRAS
Université d'Oran, Cité du Chercheur, Route de l’Aéroport
BP.: 1801/08-31000, Oran
' Tel / Fax : 041 51 92 16  /  040 21 24 41  /  0771 58 94 38
Email: gras_lab@yahoo.fr
Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé

Université d’Oran
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Le malade et sa famille sont détenteurs d'un savoir face à la souffrance

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
«Le champ médical algérien fait fi de l’importance du médecin généraliste»
Écrit par Ziad Salah

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Etre une femme seule, isolée et sans soutien, c'est déjà porter le stigmate de «prostituée»
Écrit par Salim Mesbah

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Les médecins du travail, déplorent la méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
Écrit par F. Z. Foudil

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Sans le savoir profane de la famille, l’activité des médecins serait plus compliquée
Écrit par F. Z. Foudil
À lire aussi
Un défi scientifique depuis 17 ans
Portes ouvertes sur le centre de recherche GRAS
Le GRAS fête ses 17 ans

Par Ziad Salah
El Watan
Jeudi 10 Novembre 2016
ARTICLES  DE  PRESSE


Par Djamel Benachour
Colloque international sur les soins
Les familles contraintes d'investir quotidiennement un hôpital déliquescent

Le Groupe de recherche en anthropologie de la santé (GRAS) a organisé durant deux jours à Oran un colloque international pour débattre de la problématique des «soins» en Algérie et ailleurs.

L’intitulé, «Les patients à l’épreuve des soins», englobe plusieurs axes de réflexion, notamment en ce qui concerne  l’analyse des rapports entre soignants et soignés  en milieu professionnel. Néanmoins, beaucoup d’intervenants ont extrapolé la thématique au rôle joué par l’environnement du patient, notamment la famille, ou carrément  aux pratiques traditionnelles (voir entretiens).
«Nos enquêtes de terrain dans différentes régions d’Algérie montrent que les familles sont d'abord contraintes d'investir quotidiennement un hôpital déliquescent pour opérer des actes socio-sanitaires qui ne sont pas de leur ressort, d'assurer toutes les tâches domestiques de santé (préparer les repas, apporter des draps, courir après le sang, payer une radiographie, acheter le médicament manquant, se débrouiller la seringue, etc.) au profit du proche parent, de l'hôpital et de la société», note Abdelkrim Houari  de Mostaganem, soulignant qu’«aujourd'hui, il est important de reconnaître que l'hôpital fonctionne plus ou moins bien grâce à la contribution financière et relationnelle de la famille».

C’est un constat partagé, mais l’étude de ce chercheur va plus loin en s’intéressant à l’amont de l’admission à l’hôpital, c’est à dire «au tiers donneur d’alerte » qui peut être aux deux extrêmes de sa relation avec la victime, soit un «proche», soit un «inconnu» pouvant être, dans ce dernier cas, des  passants, des automobilistes ou des piétons, des agents de sécurité ou de police, des responsables de site, etc.

Certaines catégories de patients exigent encore plus de sacrifices, comme les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer. C’est le souci de Saliha Boumedjene de Bouira, qui constate, d’après les résultats de recherche entamées sur le terrain depuis 2010, que c’est plus particulièrement «la femme (épouse, fille, belle fille ou petite fille) qui reste l’aidant naturel et principal dans l’accompagnement et l’assistance des parents âgés».

Pour elle, il serait même urgent d’anticiper et proposer un programme national de soutien afin de prévenir l’épuisement de l’entourage familial. Le défi est  d’autant plus important que dans les années à venir, avec l’augmentation de la proportion des personnes âgées, on assistera très probablement à l’augmentation de la prévalence de certaines pathologies invalidantes, telles que la maladie d’Alzheimer. La solidarité est un trait qui a caractérisé la société algérienne, mais les choses sont indéniablement en train de changer avec le début d’éclatement de la famille traditionnelle.

Maurice Pilloud d’Alger, qui a analysé l’évolution de la relation soignant/soigné tout en introduisant la notion d’aide-soignant en prend conscience et propose, lui aussi, une réflexion autour de la possibilité de créer un «service de gérontologie centré sur une alliance thérapeutique.» Son constat est que, en Algérie, après une période de bouleversement, les structures qui forment les réseaux sociaux, se sont fragilisées.
En parallèle, poursuit-il, dans le domaine du troisième âge, il existe peu de structures de prise en charge des personnes et ces structures sont essentiellement des maisons de retraite étatiques. Les métiers d’aide de vie, garde-malade, même la spécialité de gériatrie et des centres de jour n’existent pas. Des initiatives ont été néanmoins prises, comme celle  lancée Il y a 3 ans, considérée comme un défi et qui consiste à former des AVS (auxiliaires de vie sociale). «A ce jour nous en sommes à notre 5e promotion», précise-t-il.
Le rôle de la famille est également souligné par Karima Aroui d’Oran qui déclare : «Depuis plus de 25 ans de pratique psychologique en milieu institutionnel, le travail avec la famille s’est toujours imposé comme une composante essentielle du travail avec l’enfant en situation de handicap moteur.» Cette praticienne inclut l’environnement familial dans sa démarche thérapeutique, car elle considère que c’est la clé de la réussite. 
GRAS : réflexion sur le système de soins

Par Tegguer Kaddour
Merouane Boukrissa
Les "Empreintes du GRAS"
L'éclairage pertinent des sciences sociales
_________________
Mohamed Mebtoul

Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
_________________
Mohamed Mebtoul
La mise en scène des «savoirs»
_________________
Merouane Boukrissa

Jeûne et santé

Entre croyances, traditions et fondements scientifiques
ACTUALITES DU GRAS                                     Ce que la presse en dit
Par Rubrique:

Actualités du GRAS  |  Dossier de Presse  | Articles de Presse  |  Interview
المنظمة العالمية للصحة - تحقيق حول العلاجات الصحية الأولية بوهران وتيسمسيلت
مائدة مستديرة حول المشروع التمهيدي لقانون الصحة في الجزائر
Le constat amer de
l'ex-ministre Abdelhamid Aberkane
Système de soins en débat

Par Salah C.
صحة: من أجل تحسين العلاقات بين الطبيب والمريض
أنثروبولوجيا صحة
Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
Le fondateur de l’anthropologie de la santé en Algérie passe le flambeau
De la liberté de penser au totalitarisme
La confiance ne se décrète pas
Le savoir profane de la famille
Méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
La santé orpheline d'une politique publique
Le champ médical algérien
Page ''INTERVIEW''

Entretiens avec des chercheurs du GRAS et conférenciers
GRAS : Conférence nationale sur le FLN
Le rôle des médecins algériens et européens de 1954 à 1962
OMS / GRAS