Toute l'actualité sur l'Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé  - GRAS -
La Presse
GRAS
Université d'Oran, Cité du Chercheur, Route de l’Aéroport
BP.: 1801/08-31000, Oran
' Tel / Fax : 041 51 92 16  /  040 21 24 41  /  0771 58 94 38
Email: gras_lab@yahoo.fr
Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé

Université d’Oran
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Le malade et sa famille sont détenteurs d'un savoir face à la souffrance

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
«Le champ médical algérien fait fi de l’importance du médecin généraliste»
Écrit par Ziad Salah

_________________
Entretien avec le professeur Mohamed Mebtoul :
Etre une femme seule, isolée et sans soutien, c'est déjà porter le stigmate de «prostituée»
Écrit par Salim Mesbah

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Les médecins du travail, déplorent la méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
Écrit par F. Z. Foudil

_________________
Entretien avec Tennci Lamia:
Sans le savoir profane de la famille, l’activité des médecins serait plus compliquée
Écrit par F. Z. Foudil
À lire aussi
Un défi scientifique depuis 17 ans
Portes ouvertes sur le centre de recherche GRAS
Le GRAS fête ses 17 ans

Par Ziad Salah
El Watan
Mardi 04 octobre 2016
ARTICLES  DE  PRESSE


PAR MOHAMED MEBTOUL
HOMMAGE

Adieu Kouider ! : «Tu nous laisses un capital scientifique inestimable»
Helali Kouider était un pharmacologue a- typique, profondément passionné par une médecine de proximité sociale.

Il refusait de se cantonner dans sa spécialité centrée sur le médicament comme élément premier, pour se préoccuper d'une approche globale et dynamique de la médecine ancrée dans la société, qui n'occulte pas les dimensions sociales et culturelles de la maladie, portées par les personnes qui produisent, à leur manière et avec leurs propres mots, une interprétation de leurs différents désordres biologiques et sociaux, en référence à leurs ressentis et à leurs expériences quotidiennes. Refusant de s'enfermer dans la stricte vérité de la norme médicale, il se vouait corps et âme aux questions de santé publique.

Kouider était un chercheur passionné et riche d'une expérience aux niveaux national et international. Il était constamment sollicité par l'OMS en qualité d'expert. Il avait compris qu'il fallait sortir des certitudes faciles identifiées à des mauvaises greffes, pour tenter au contraire de décrypter profondément les enjeux de la santé, en partant de la société. Nos nombreuses discussions me montraient toute sa sensibilité aux apports importants des sciences sociales et en particulier de l'anthropologie, de la santé centrée sur le sens du mal (Augé Herzlich, 1984), indissociable des représentations et des pratiques sociales à l'œuvre dans la société.

Refusant de s'enfermer dans un statut confortable, Kouider a toujours privilégié le «terrain» et toujours le «terrain», ne cessant de m'évoquer avec enthousiasme les multiples enquêtes engagées auprès des professionnels de la santé et des patients. Il était très proche des médecins généralistes avec lesquels il travaillait en permanence.

Très peu valorisés, les praticiens généralistes devraient être pourtant les acteurs principaux du système de soins. Ailleurs, on l'oublie, la médecine générale est une spécialité reconnue. Ils assurent en effet une activité de régulation importante (médiateurs, proches de la famille, informateurs privilégiés sur l'histoire singulière des patients). Il avait conscience des limites de la médecine techniciste, orpheline d'une identité professionnelle socialement reconnue.

Ces deux dernières années, Kouider s'était engagé avec beaucoup de ferveur et de passion sur la question de la médecine de famille. Celle-ci lui apparaissait très justement comme une alternative pertinente pour faire face à l'errance sociale et thérapeutique des patients anonymes, pour reconstruire progressivement une médecine qui ne considère plus la famille comme une simple consommatrice des soins, mais au contraire comme une partenaire incontournable dans le processus de soins. Je n'avais pas hésité à l'inviter au sein de notre unité de recherche en sciences sociales et santé, pour lui permettre d'exposer de façon brillante les enjeux que recouvre la médecine de famille à laquelle il était profondément attaché.

Celle-ci lui rentrait symboliquement dans le corps. Il y croyait fortement, non pas dans une logique strictement idéologique, mais parce qu'il avait accumulé des études et des documents importants qui lui permettaient d'avancer à pas sûr surs cette piste importante représentée par la médecine de famille. Elle remettait en question des positions et des intérêts importants de certains acteurs sociaux du système de soins algérien fonctionnant à la verticalité, à la distance sociale et à la production d'une hiérarchie médicale sacralisée.

Or, la médecine de famille permettait de dépasser la logique du patient isolé, pour prendre en considération les relations familiales, dans leur complexité et leur diversité. Kouider avait conscience qu'en privilégiant la médecine de famille, il allait à l'encontre d'une médecine standardisée et uniforme où les maîtres de séance sont les professionnels de la santé, occultant la dynamique socio-sanitaire profane produite par les membres de la famille détenteurs d'un savoir d'expérience invisible et à la marge du fonctionnement du système de soins officiel.

Kouider avait le courage intellectuel de se remettre en question, de défendre avec abnégation ses idées, de lutter sans cesse pour tenter en vain de convaincre les responsables sanitaires de la pertinence des études qu'il a toujours menées de façon rigoureuse et autonome. Merci Kouider de nous avoir légué un capital culturel et scientifique dans le champ de la médecine, qui sera poursuivi et approfondi. Son ouverture vers les autres disciplines, ses multiples confrontations scientifiques avec les chercheurs d'autres sociétés ont été importantes dans la progression de sa réflexion critique sur le fonctionnement du système de soins qui lui apparaissait trop rigide et centralisé pour pouvoir s'adapter aux différentes logiques sociales des populations ayant leurs propres référents sur la santé et la maladie.

Référence bibliographique
Augé M. Herzlich C.,(eds), 1984, Le sens du mal, Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Paris, Editions des archives contemporaines.
GRAS : réflexion sur le système de soins

Par Tegguer Kaddour
Merouane Boukrissa
Les "Empreintes du GRAS"
L'éclairage pertinent des sciences sociales
_________________
Mohamed Mebtoul

Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
_________________
Mohamed Mebtoul
La mise en scène des «savoirs»
_________________
Merouane Boukrissa

Jeûne et santé

Entre croyances, traditions et fondements scientifiques
ACTUALITES DU GRAS                                     Ce que la presse en dit
Par Rubrique:

Actualités du GRAS  |  Dossier de Presse  | Articles de Presse  |  Interview
المنظمة العالمية للصحة - تحقيق حول العلاجات الصحية الأولية بوهران وتيسمسيلت
مائدة مستديرة حول المشروع التمهيدي لقانون الصحة في الجزائر
Le constat amer de
l'ex-ministre Abdelhamid Aberkane
Système de soins en débat

Par Salah C.
صحة: من أجل تحسين العلاقات بين الطبيب والمريض
أنثروبولوجيا صحة
Avant-projet de la loi relative à la santé
Archaïsme et déni de la réalité sanitaire
Le fondateur de l’anthropologie de la santé en Algérie passe le flambeau
De la liberté de penser au totalitarisme
La confiance ne se décrète pas
Le savoir profane de la famille
Méconnaissance des cancers professionnels en Algérie
La santé orpheline d'une politique publique
Le champ médical algérien
Page ''INTERVIEW''

Entretiens avec des chercheurs du GRAS et conférenciers
GRAS : Conférence nationale sur le FLN
Le rôle des médecins algériens et européens de 1954 à 1962
OMS / GRAS