JOURNEE D'ETUDE
Mardi 3 juillet 2012
Salle de conférences, Hôtel Eden, Oran
(Télécharger en PDF  - Programme)
Avec la participation de :

Farouk Mohamed Brahim
Jean-Paul Grangaud
Hocine Fsian
Fatima Moussa-Babaci
Farida Ziani
Zoulikha Ziani
Bakhta Beltiche
Mohamed Mebtoul
Dalila Chareb
Sciences sociales et santé en Algérie
cinquante ans après
Résumé:

Un retour réflexif sur les questions appréhendées dans le champ de la santé par les Sciences Sociales (économie, histoire, psychologie, sociologie et anthropologie) dans notre société, nous semble important pour accéder à  une meilleure compréhension des réalités actuelles et ouvrir de nouvelles pistes de recherche dans nos disciplines respectives.

Rappelons rapidement que durant la  décennie 70, les chercheurs en Sciences Sociales ont de façon dominante investi l'entreprise industrielle. Celle-ci avait acquis une caution politique et scientifique illustrée par la prédominance accordée par les pouvoirs publics  au développement  et  aux entreprises industrielles. 

Il n'est pas étonnant que les premières recherches pionnières en Sciences Sociales et Santé au début de la décennie 80,  ont été conduites par des économistes du développement. Il s'agissait de privilégier une perspective macro-économique en questionnant le financement de l'accès aux soins, la dynamique et la gestion du système de santé, enfin la protection sociale, dans leurs dimensions socioéconomiques. A partir de la décennie 90, des études microsociales centrées sur les représentations et les pratiques sociosanitaires, menées par des psychologues et des socio-anthropologues de la santé, ont tenté de montrer l'importance de la dimension psychosociale de la maladie. Ces recherches tentent d'indiquer que le malade n'est pas que malade.

Ce sont les différentes facettes de son identité qui sont touchées par la maladie. Convenons que cette production scientifique reste encore insuffisante pour permettre à nos disciplines une plus grande " présence " dans le champ de la santé, de la médecine et de la maladie. Pourtant, ce sont bien les enjeux économiques et sociopolitiques du système de santé, qui semblent impératifs à prendre en considération, pour permettre d'éventuelles transformations en partant des attentes de la société.

La journée d'étude  tentera d'une part d'opérer une réflexion sur les objets  étudiés par les chercheurs en Sciences Sociales et Santé et d'autre part d'indiquer les perspectives de recherche autorisant une compréhension plus approfondie des situations sociosanitaires et des dynamiques  du système de santé en Algérie.
Membres du comité scientifique :

CHAULET Pierre, professeur de pneumo-phtisiologie, Alger
CHERIF Hallouma, professeur de psychologie, Université d'Oran
GRANGAUD Jean-Paul, professeur de pédiatrie, Alger.
KADDAR Miloud, économiste de la santé, OMS de Genève.
KELLOU Mohamed, médecin, directeur de l'INSP, Alger.
MEBTOUL Mohamed, professeur de sociologie, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d'Oran.
MENTOURI Zahia, professeur, directrice générale de l'A.N.D.R.S, Oran.
MERZOUK Mohamed, maître de conférences en sociologie, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d'Oran.
REMAOUN Mustapha, professeur en rééducation fonctionnelle, anthropologue de la santé, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d'Oran.
TOUHAMI Mahmoud, professeur de pédiatrie, CHU d'Oran.
ZOUGHAILECH Djamel, professeur en santé publique, CHU de Constantine.

Membres du comité d'organisation :

Semmoud Ahmed, chargé de l'information et de la communication
Daheur Kamel, médecin et anthropologue de la Santé, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé
Haouari Abdelkrim, Sociologue, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d'Oran.
Kerzabi Zahia, Sociologue, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d'Oran.
Taharaoui Kheira, Sociologue, Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d'Oran.

Contact : gras_lab@yahoo.fr
Programme :

Mardi 03 juillet 2012

08h30 - 09h00 : Accueil des participants

09h00 - 09h30 : Ouverture de la journée d’étude
M. Larbi Chahed,  Le Recteur de l’université d’Oran

APPROCHES HISTORIQUES

Modérateur : Mahmoud Touhami

09h30 - 10h00 : Bilan et perspective du système de santé algérien
Farouk Mohamed Brahim

10h00 - 10h30 : 1962-2012 : cinquante ans de pédiatrie algérienne
Jean-Paul Grangaud

10h30 - 11h00 : Débat

11h00-11h30 : Pause-café


MALADIE, SANTE ET SCIENCES SOCIALES : APPROCHES PSYCHOLOGIQUES

Modératrice : Hallouma Cherif

11h30-12h00 : Maladie, souffrances et identité(s)
Hocine Fsian

12h00-12h30 : Etude du fonctionnement mental et de l’évolution du processus thérapeutiques dans les pathologies de l’agir
Fatima Moussa-Babaci

12h30-13h00 : Débat

13h00-14h00 : Repas

MALADIE, SANTE ET SCIENCES SOCIALES : APPROCHES ECONOMIQUES

Modérateur : Kamel Daheur

14h00-14h30 : La consommation de médicaments en Algérie entre croissance, financement et maitrise
Farida Ziani, Zoulikha Ziani

14h30:-15h00: L’impact de l’industrie pharmaceutique dans la gestion de la maladie chronique
Bakhta Beltiche

15h00-15h30 : Débat


MALADIE, SANTE ET SCIENCES SOCIALES : APPROCHES SOCIO ANTHROPOLOGIQUES

Modératrice : Fatima Zohra Benaoum

15h30 - 16h00 : Questionner l’expérience de soins des  proches parents des malades chroniques.
Mohamed Mebtoul

16h00-16h30 : Présentation de l’unité de recherche en sciences sociales et santé (Université d’Oran)
Dalila Chareb

16h30-17h00 : Débat.

17h00 : Perspectives
Jean-Paul Grangaud
Mahmoud Touhami
Hallouma Cherif
Mohamed Mebtoul

Résumés des comunications:

Cinquante années d'indépendance : bilan et perspectives  du système national de santé
Mohammed Brahim Farouk

Cinquante années d'indépendance constituent une durée infinitésimale  dans l'histoire d'une nation. Le cinquantième anniversaire de l'indépendance, c'est aussi une date symbole, une occasion pour un bilan objectif des réalisations, non pour critiquer ou glorifier un régime, mais pour mieux construire, tous ensemble,  l'avenir.

La santé, en raison de sa nature humaine et sociale, est un facteur essentiel de cohésion sociale. Le système national de santé doit être érigé en lieur privilégié d'expression de la solidarité nationale. C'est pourquoi le bilan du système national de santé qui cernera ses faiblesses et ses points forts  ne doit être fait ni sur une base partisane, ni avec des arrières pensées politiciennes.

Mon expérience de prés de 40 années comme acteur de santé publique, m'a permis d'être un observateur privilégié de l'évolution de notre système de santé. Aussi je souhaite  avec beaucoup d'humilité, apporter ma modeste contribution à l'amorce  d'un profond débat sur le système de santé. Ce débat se limite actuellement, que le système de santé est en crise, à des slogans aux relents populistes des uns et des autres.

Pour amorcer ce débat, en cette année du cinquantenaire de l'indépendance, il me semble important de  faire un historique de l'évolution de notre système santé, afin de situer le moment de sa dérive, il faut mettre en exergue tant les aspects positifs que négatifs, en, en analysant les causes avec objectivité afin d'avancer  des perspectives  réalistes et réalisables, s'inscrivant dans le cadre du développement socio-économique à venir, en tenant compte de nos possibilités.


Maladie, souffrances et identité (s)
Fsian Hocine

Une personne vit et se développe tout au long de sa vie. Toute personne  a besoin de donner sens à sa vie, de se réaliser, d'être reconnu, d'avoir du pouvoir (pouvoir de faire, pouvoir sur l'autre), d'être autonome (créer ses propres normes), d'avoir de la valeur. Mais qu'advient-il de ces dimensions fondamentales lorsque de graves difficultés liées au corps interviennent pour rendre la vie difficile et stressante?

Le corps n'est pas seulement une donnée anatomique. Même dans ce qu'il a de plus objectif, il est toujours un produit psychosocial. En conséquence lorsque la maladie survient, elle atteint non seulement le corps mais aussi la personne dans sa croissance, dans son itinéraire de vie et dans ses contextes sociaux. Il importe donc de voir comment cette intrusion remet en question l'individu  dans son sentiment d'exister, dans son rapport avec lui-même et avec les autres  et enfin dans ses projections avenir. Il convient aussi de tenir compte de la façon dont le sujet fait face à la maladie qui le touche, à ses souffrances,  aux actions qu'il met en œuvre pour améliorer sa qualité de vie, de la manière dont il donne sens à sa vie.

Prenons un exemple significatif : témoignage dans lequel elle raconte son enfance, l'évolution de son mal qui progressivement  lui ôte la capacité de marcher, ses difficultés à assumer son handicap physique.


1962-2012 : cinquante ans de pédiatrie algérienne
Jean-Paul Grangaud

Le 5 juillet 2012, le système de santé algérien va célébrer sa cinquantième année. Ce genre de date anniversaire est favorable à une réflexion sur l'évolution de notre système de santé, d'une façon générale, et plus particulièrement sur l'évolution de la pédiatrie qui représente une discipline importante, aussi bien en raison du nombre des enfants vivant dans notre pays, que du nombre des professionnels de santé concernés par cette discipline. C'est donc avec un grand plaisir que j'ai reçu la proposition de mon ami, le professeur Mohamed Mebtoul, d'intervenir sur ce thème, plaisir d'autant plus justifié que l'une de mes convictions profonde est que  les gens de ma génération ont eu d'une part,  le privilège de vivre à une période où les sciences médicales  ont connu des changements incroyablement rapides, et d'autre part, qu' ils ont exercé leurs activités professionnelles  lors des   premières années de l'émergence d'un pays, avec tout ce que cela a pu comporter d'enthousiasme et de responsabilisation pour les citoyens de ce pays . Dans cette présentation, nous allons  parler rapidement,  dans un premier temps, de l'évolution de l'état de  santé des enfants dans notre pays depuis 1962,  puis nous évoquerons les changements qui se sont produits dans le monde dans le domaine de la pédiatrie au cours de la même période, et enfin, nous présenterons la situation actuelle et les problèmes auxquels nous nous trouvons confrontés. Dans ces différentes parties, nous ne nous limiterons pas à la pédiatrie hospitalière, mais nous parlerons de la santé des enfants, et nous aborderons donc également, des aspects ayant trait à la démographie, aux problèmes socio-anthropologiques, ainsi que les aspects concernant l'organisation du système de santé et les ressources dont il a disposé et dont il dispose.


Questionner l'expérience des soins  des proches parents des malades chroniques
Mohamed Mebtoul

Nos recherches menées auprès des patients et de leurs proches parents, permettent d'indiquer la complexité  et la diversité de leurs expériences de soins déployées dans les espaces domestiques et professionnels. Nous tenterons d'interroger la notion d'expérience de soins, entendue ici comme l'ensemble des actions sociosantaires assurées par les proches parents du malade, contraints de conjuguer en permanence une double quête de sens et de soins (Augé, Herzlich, 1984). Ces expériences de soins sont des constructions sociopolitiques. Elles sont, en effet, indissociables du fonctionnement du système de santé caractérisé comme un système  politique qui opère des arbitrages et des choix (Hours, 1999). 

Nous souhaitons insister sur la dynamique sanitaire profane, invisible et quotidienne, tenue pour "naturelle",  illustrée  par  des actions de santé ordinaires déployées par les proches parents du malade chronique, dans le double espace familial et professionnel,  qui permet de façon détournée,  de dévoiler un système de soins officiel fragile conduit à s'inscrire  dans le paternalisme et  la rhétorique sanitaire (" nous avons régler tel ou tel problème " ; nous allons acheter tous les médicaments et les équipements, etc. "). Tout en affirmant agir pour le bien du malade, les pouvoirs publics le réduisent au statut de  simple consommateur de soins, gommant toutes les épreuves sociales et sanitaires  traversées par les proches parents du malade chronique.

Nous mobilisons ici la perspective socioanthropologique qui permet d'opérer une reconversion du regard de l'observateur. Les manières de faire et dire des patients et de leurs proches parents,  à l'égard  de la maladie et des soins,  dévoilent de façon marginale et peu reconnue la prégnance de savoirs locaux, issus précisément de leurs différentes expériences de soins. Celles-ci ne peuvent être mises au jour qu'à partir d'une posture de proximité, d'écoute et de respect à l'égard de nos interlocuteurs, conduisant à une transformation de soi et  à des remises en question de " vérités " produites dans une logique de distanciation avec ces derniers.  Bensa (2010) écrit très justement que " la restitution des trajectoires, de la parole des gens, de leur créativité, le recueil de leurs expériences, l'attention aux conditions selon lesquels ils se projettent, dans l'avenir sont essentiels ". 


Etude du fonctionnement mental et de l’évolution du processus thérapeutiques dans les pathologies de l’agir
Fatima Moussa- Babaci

Dans cette recherche,  nous nous sommes  penchés sur les aspects psychopathologiques du passage à l’acte. Notre étude a consisté en l’investigation de conduites à risque dans un groupe d’adolescents et de jeunes adultes et en l’étude des processus psychiques  inhérents à ce type de conduites.

Cette recherche est  aussi une contribution à l’étude de la prise en charge psychologique de tels sujets et à la prévention des conduites à risques.  Elle a été rendue possible  grâce à l’activité de prise en charge exercée par les membres de l’équipe :   Centre d’aide psychologique de l’université  (CAPU), clinique des orangers, DGSN, et au groupe relativement important constitué par l’équipe.

Notre programme s’est effectué en deux temps :

- Un premier temps  relativement court où l’étude du fonctionnement psychique dans les passages à l’acte  est effectuée. Elle a apporte avec elle une hypothèse diagnostique.

- Un second temps plus long où les différents aspects de la prise en charge ont été  étudiés, ils rendent compte des changements perçus et de  la plus ou moins grande possibilité d’accès du sujet au travail d’élaboration.

Un compte rendu régulier du suivi des patients s’est fait au sein du groupe.

Cet aspect de la recherche qui porte sur l’évaluation de la prise en charge connaît un essor important  sur le plan international ( Ecoles suisses , françaises, canadiennes et italiennes)

Nous parlerons des perspectives, des possibilités et des limites d’un tel travail  ainsi que de l’élaboration d’un nouveau projet  qui portera sur l’intérêt de l’approche familiale dans les pathologies limites et somatiques.  L’équipe est composée de 6 chercheurs dont quatre ont des activités de prise en charge et de travail en réseau  depuis quelques années ( CPMC Marie Curie et clinique des orangers).


La consommation de médicaments en Algérie entre croissance, financement et maîtrise
Farida Ziani, Zoulikha Ziani

En Algérie, à l’instar des autres pays, la consommation de médicaments occupe une place de  plus en plus importante dans les dépenses de soins et pèse lourdement sur les fonds de l’assurance maladie, des ménages et de l’Etat. Cette croissance est le résultat de plusieurs facteurs et particulièrement de transition sanitaire qui a caractérisé l’économie algérienne ces dernières années.

L’objectif  de ce papier  est  de tenter d’analyser la consommation de médicaments en Algérie en s’intéressant  à ses déterminants, à son financement ainsi qu’à l’impact des mesures prises dans le cadre de la maîtrise des dépenses engendrées par cette dernière.
  


L’impact de l’industrie pharmaceutique dans la gestion de la maladie chronique
Bakhta Beltiche

Le 21eme siècle décrit une recrudescence dite foudroyante de la maladie chronique. On parle de l’hypertension artérielle comme une maladie essentielle ou idiopathique, le diabète, une physiopathologie non encore établie où seuls les moyens de dépistage et de diagnostic qui sont appropriés. Le malade  étiqueté «hypertendu» ou «diabétique» doit exécuter dés lors une prescription médicamenteuse, voir plusieurs drogues répartis aléatoirement dans la journée nonobstant le respect des règles hygiéno-diététiques stricte, activité physique et autres. Il faut noter dans cette discipline de médecine classique que la maladie chronique ne cesse de susciter  la curiosité de nombreux experts scientifiques pour  la fabrication et l’innovation  de  molécules après molécules ouvrant les portières au marché de l’industrie pharmaceutique le premier bénéficiaire et détenteur du capital «2eme richesse  après le pétrole). L’échec  comme résultat de la prise en charge de la maladie chronique est pourtant clair. Le pourcentage d’amputation; d’infarctus, de cécité et de dialysé ne fait qu’augmenter. Et la réponse est pourtant aussi claire. La présence du patient comme une personne entière qui a son histoire, son vécu au sein d’un  environnement  souvent très compliqué est fortement occulté par les professionnels de santé où le « papier ordonnance » (Mebtoul) est le seul lien de la relation médecin  malade.

Il me semble important de montrer la complexité de la gestion et du vécu de la maladie chronique. en  exposant  quelques chiffres réels sur la fréquence du malade chronique de visiter le médecin particulièrement le médecin généraliste dans une polyclinique. C’est pour voir comment le malade a besoin de l’écoute et d’une relation médecin malade durable, de la confiance vis-à-vis de son médecin  traitant pour y revenir plusieurs fois dans la semaine, le mois ou l’année.
Evènement
Sciences sociales et santé en Algérie. Cinquante ans après
Contraintes liées à l’accessibilité aux soins
Prestations de soins de santé essentiels: réalités et perceptions de la population
Quel système de soins en Algérie ?
  ARCHIVES
Archives des Journées
JOURNEES D'ETUDE
Université d'Oran, Cité du Chercheur, Route de l’Aéroport
BP.: 1801/08-31000, Oran
' Tel / Fax : 041 51 92 16  /  040 21 24 41  /  0771 58 94 38
Email: gras_lab@yahoo.fr
Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé

Université d’Oran
ACTIVITES SCIENTIFIQUE DU GRAS
Journée d'Etude
Acceuil  >  Activités  >  Journées d'étude
Acceuil  >  Activités  >  Journées d'étude

Le parcours de soins en Oncologie
Le cas du cancer du Sein

Le lundi 20 Avril 2015 à 08h30, Salle de conférence du service d’épidémiologie (EHUO)